L'économie japonaise cesse de se dégrader

La Tribune.fr - 10/08/2009 | 06:03 - 247 mots

L’excédent courant a bondi de 144,4% sur un an en juin à 1.152,5 milliards de yen (8,7 milliards d’euros), sa première hausse en seize mois. Par ailleurs, les commandes de biens d’équipement du secteur privé au Japon hors énergie et chantiers navals, un important indicateur de l’investissement des entreprises, ont fermement rebondi de 9,7% en juin par rapport à mai.
Deux statistiques sont venues confirmer la meilleure santé de l’économie japonaise. Annonces qui ont dopé les cours des sociétés à la Bourse de Tokyo. Cette dernière à mi-séance enregistre une nouvelle hausse de 1,4% établissant un nouveau plus haut depuis le début de l’année.

De fait, l’excédent courant nippon a bondi de 144,4% sur un an en juin à 1.152,5 milliards de yen (8,7 milliards d’euros), sa première hausse en seize mois, a annoncé lundi le ministère des Finances. Cette hausse spectaculaire était complètement inattendue: les économistes pronostiquait en moyenne qu’une progression de 40%.

C’est la première fois depuis février 2008 que le compte des transactions courantes du Japon s’améliore. Il n’avait cessé de se dégrader depuis. En juin, l’excédent commercial japonais a augmenté de 141,8% à 602,2 milliards de yen (4,6 milliards d’euros). Les exportations ont encore chuté de 37% mais les importations ont reculé encore plus fortement (-43,8%).

Rebond des commandes de biens d’équipement

Par ailleurs, les commandes de biens d’équipement du secteur privé hors énergie et chantiers navals, un important indicateur de l’investissement des entreprises, ont fermement rebondi de 9,7% en juin par rapport à mai. Il s’agit de la première hausse en quatre mois. En mai, les commandes de biens d’équipement avaient atteint un plancher historique, les entreprises japonaises comprimant leurs investissements en raison de la chute de la demande. Les économistes s’attendaient en moyenne à une hausse de seulement 2,9% en juin. Sur un an, les commandes s’affichent cependant en recul de 29,7%, a précisé le bureau du Premier ministre.